C. a 41 ans. Il est père de deux enfants. Originaire de Genappe, où il a pour ainsi dire, toujours vécu. Il vient de la campagne, à 3 kms de Genappe. Il se souvient bien de la maison de son père, qu’il aimait beaucoup. Cette maison avait un jardin et l’ancienne voie ferrée passait devant. A choisir, C. préfère vivre dans un endroit qui donne sur la nature, comme l’année dernière dans un appartement du CPAS avec vue sur un pré et un étang… Pour le moment, il habite le centre de Genappe derrière l’église. C. est métalleux. Il est passionné par le heavy métal, l’art gothique, et la photographie. Il aime la photo d’architecture, l’évolution et l’histoire des villes. Il est passionné par les trains. Il photographie par exemple régulièrement l’avancement des travaux à la gare de Nivelles. Son appareil photo numérique ne le quitte jamais. Il réalise déjà des reportages (carnavals, fêtes). Sans emploi, il aimerait passer photographe professionnel ou se former à la PAO.

 

Looké, il n’a pas d’habitudes particulières à la maison, par contre la manière dont il a décoré son environnement lui ressemble. Il explique qu’il ne sent pas bien sans sa musique et sa décoration gothique. Tout est donc très gothique chez lui, les objets (des pierres tombales d’Halloween, des crânes, des bougies mauves, etc.), les tentures noires, ses vêtements... Tout est noir et mauve. S’il le pouvait, il peindrait les murs en mauve et les meubles en noir ou encore l’escalier, mais pour le faire, il doit introduire une demande. Il considère donc que son univers lui ressemble, mais à moitié (5/10) et il se cantonne dans le coin le plus éloigné des murs et des meubles de cuisine blanc près des deux fenêtres aux tentures noires fermées. Ce qui est le plus agréable dans son univers est donc la musique (7/10). Son univers s’étend en dehors des frontières de son appartement car il adore écouter de la musique chez lui et aussi aller à des festivals. Il côtoie de toutes façons la communauté métal gothique au travers d’internet car il est l’un de seuls gothiques dans le coin. Son « chez soi » lui apporte donc un confort matériel plus que social. Même s’il connaît du monde depuis qu’il est tout petit à Genappe, C. explique que peu de personnes comprennent ses goûts et qu’être gothique pose à tort problème en matière de protection de l’enfance et de respect des cimetières… Internet occupe donc une place centrale dans son habitat car il constitue sa source de musique gothique et sa garantie de contact avec le milieu. En même temps, C. adore sortir dans les bois, aller dans les cimetières et visiter des sites architecturaux. Son univers s’étend donc virtuellement au travers d’internet et réellement au travers de son goût pour les promenades.

 

Pour C., l’habitat idéal (10/10) serait un manoir à l’entrée d’un bois avec une belle vue, un peu retiré... Et l’inhabitable (0/10) serait un endroit dans le centre ville de Bruxelles ou de Charleroi. Il a des copains qui vivent en ville et qui n’ont que des problèmes. C. situe son habitat actuel entre 8 et 9/10. S’il devait tout quitter pour un endroit où il ne manquerait de rien et n’emporter qu’une seule chose avec lui, C. aurait beaucoup de mal à choisir entre l’ordinateur et son appareil photo, dont l’usage est étroitement lié. Si un explorateur venait à séjourner chez lui, il l’emmènerait voir des sites intéressants comme les ruines de Villers-la-Ville, la Sucrerie, le cimetière du Vieux Genappe et les grands bois à côté de Baisy-Thy.

 

En acceptant de participer à l’atelier, C. pensait faire de la photographie numérique couleur avec son appareil. Il souhaitait se perfectionner techniquement dans le but de trouver un emploi. Il a donc commencé l’atelier avec son appareil numérique, qui s’est malheureusement cassé. Il a continué en argentique noir et blanc avec un appareil d’occasion, qui a posé quelques problèmes indépendants de ses compétences photographiques. C. a trouvé que faire de la photo est difficile (6/10) car il faut trouver le bon réglage et la bonne exposition. Malgré ses réticences par rapport au noir et blanc, C. a finalement trouvé que cela « donnait très très bien, parfois même mieux qu’en couleur ». Il s’est senti à l’aise (10/10). Lorsqu’ fait de la photo, il ne pense à rien d’autre. Il « ose tout » en photo et il trouve que cela crée du lien avec les autres qui se posent des questions sur ce que le photographe est train de fabriquer. C. est globalement content de l’atelier (7/10) quoique déçu par les photos qui sont surexposées.

 

Passionné par beaucoup de choses, il s’est un peu dispersé entre diverses thématiques et plusieurs appareils photos. Il a privilégié des photographies de maisons, de façades et la nature dans sa sélection définitive. Hésitant entre des photos frontales d’architecture à la Bernd et Hilla Becher et un point de vue plus sensible sur la nature et les fermes des environs, il nous offre de belles images de façades avec des avant-plans verdoyants. Il aime beaucoup la photo de la rivière qui serpente entre les arbres (10/10). L’atelier ne lui a pas apporté plus de connaissances numériques. Il n’a pas spécialement découvert de choses sur lui-même, mais il a découvert des nouveaux endroits comme un explorateur. C. a l’impression que la façon dont les autres le voient a changé, qu’ils ont dépassé une « fausse impression » à son égard, en particulier grâce à l’accueil admiratif réservé à leur travail par l’échevine des affaires sociales à Genappe lors de l’exposition au parcours d’artistes de Glabais. LL