PROJET Belle comme une image

"Le WIELS m’a confié un projet photo dans le cadre du Contrat de quartier Saint-Antoine. Des femmes de la Maison de Forest avaient émis le souhait d'apprendre la photo. Sans avoir jamais travaillé avec ce public, je pressentais quelle pouvait être leur situation de vie. Et puis comme je suis interpellée par la déferlante d’images de femmes objets dans l’espace public, la multiplication des foulards et le renforcement des dérives comportementales d’une partie des hommes vis-à-vis des femmes, j’ai eu très envie de répondre à cette proposition du WIELS. J’en ai donc profité pour proposer une réflexion sur la femme, l’identité féminine au travers de son image. C’était quelque part culotté, une gageure, car comment poser la question de l’identité féminine au travers de son image alors qu’elle est réduite à une image sous le regard invasif de l’homme et des femmes ayant elles-mêmes intériorisé ce regard dès la prime enfance ? Comment se voir, se regarder, se montrer ou simplement évoluer dans la vie en dehors de ce regard ou sans en tenir compte ? Comment en plus combiner image personnelle et image publique ? Quel genre d’images de femmes peut-on créer à l’ère sublime et stérile de la reproductibilité et de la pornographie ? L’image d’une femme cachée sous un foulard bleu marine tenant un miroir dirigé vers celui qui regarde a émergé pendant l’atelier. « Avant de me regarder, regardez-vous. Avant de parlez de moi, parlez sur vous ! » ont-elles été plusieurs à commenter sans mélo ni révolte, dans une forme de résignation conforme.

 

Pendant l’atelier, nous avons farfouillé dans les sacs à main pour en sortir des photos d’identité. Nous avons regardé une centaine d’images de femmes produites par des artistes. Nous avons discuté autour d’autres photos de femmes, celles qu’elles ont apporté et puis celles que nous avons faites. Je les ai guidées dans une réflexion ludique et imagée sur elles-mêmes à partir d’objets et de souvenirs de leur vie de femmes. Elles se sont prêtées au jeu avec beaucoup de vivacité et d’humour. Il y avait de la confiance, de la liberté, de la curiosité, une envie d’apprendre. Elles ont appris à décrire des sentiments, des éléments de leur personnalité, à nommer des émotions, leur accorder de la valeur et leur donner une place et il y a en a eu de l’émotion dans l’air au fil des ateliers..."

 

Plus d'infos ?

Cliquez sur les carrés pour consulter les galeries de photos faites par les femmes, leurs collages, les portraits symboliques réalisés par Emilie Danchin LL LL LL

FILM présentant le projet Belle comme une image, septembre 2013
Entretien d'Emilie Danchin par Frédérique Versaen au WIELS, mars 2013
Entretien d'Emilie Danchin revu et traduit en anglais, septembre 2013
Revue du WIELS, mai 2013
Document présentant le projet Belle commune image et Emilie Danchin en anglais, ai 2013

Art, photo et féminité au WIELS, article paru dans Le Soir, 18 mars 2013

 

Le projet BELLE COMME UNE IMAGE a fait des petits et se poursuit dans d'autres lieux avec des femmes d'origine socio-culturelle diverse (La Boutique culturelle, La Maison de la Création BXL Nord et l'Espace Magh, la Maison des Femmes de Schaerbeek).

 

Si vous souhaitez présenter le projet BELLE COMME UNE IMAGE (conférence, exposition) ou initier un atelier dans le cadre de votre association, votre maison de quartier ou des femmes, ..., prenez contact avec Emilie DANCHIN.

 


Sources d’inspiration :

Pudeurs et colères de femmes, Fondation Boghossian

Het gewichtige lichaam ; Nerveuze vrouwen, Museum Dr. Guislain

Bettina von Zwehl, photoworks monograph, Steidl

Cristina Nunez, Someone to love, The Private space books

 

Remerciements à :

Frédérique Versaen (Education & Publics, WIELS),
Maria Flores (responsable Alphabétisation, Maison des Femmes de Forest)
et chacune des femmes pour sa présence

et contribution sensible à l’atelier.